Séries

VOIE.X

Comment peut-on vivre en tant que peintre, danseur, réalisateur ou poète au milieu du désert mauritanien, sous la théocratie iranienne, dans la jungle papoue ou la misère malgache ? Comment faire de l’art son métier quand il est la dernière priorité du gouvernement, qu’aucune structure de diffusion n’existe ou qu’il est muselé par la censure ?

La série VoiE.X propose des portraits d’artistes qui posent l’acte de création comme un acte de résistance dans des pays où vivre de l’art est une gageure. Comme les détails se cachent autant dans les lignes de fuite que dans celles du visage, Sandra Reinflet réalise ses portraits au grand angle. Une manière d’esquisser une géographie intime où le sujet et son environnement sont liés, de gré ou de force.

Après une résidence à l’Institut Français de Mauritanie, une autre à l’Institut Français de Madagascar, six semaines en Papouasie Nouvelle Guinée et un mois en Iran, la première partie de ce travail au long cours a été publiée dans le magazine L’Obs en juillet 2017, et exposée à Nouakchott, Antananarivo et au Festival de photo documentaire Les femmes s’exposent (à Houlgate en juin 2019). Il est en attente de soutiens pour se poursuivre en Chine, en Russie et à Cuba dans les mois à venir.

LA PEUR À LA PORTE

Et si on jouait à déjouer la peur ? Cette série de portrait (en cours de développement) interroge notre rapport aux phobies, aux complexes, à tout ce qui nous empêche physiquement ou mentalement d’oser. Peur du vide, de vieillir, d’être surveillé, de son reflet, de l’enfermement, du bégaiement, du noir, de la maladie, de tomber amoureux… Et si la mise en scène de ces peurs les atténuaient ? Si on pouvait changer d’angle pour y voir une définition de nous-même, une singularité, une forme d’esthétique personnelle ? Si on les dédramatisaient ?

TANJA.  

Série réalisée en Finlande en 2014.

En Finlande au mois de juin, le soleil se lève à 03 heures et se couche à minuit.
Au mois de décembre, il se lève à 10 heures et se couche à 15 heures.
Tanja elle, se couche à 05 heures du matin et se lève à 15 heures.
Elle vit sous les lumières artificielles, voit le monde en négatifs. Émotions noires sur nuits blanches.
Elle sait pourtant qu’il faudrait se lever. Se forcer à prendre l’air. Profiter du paysage. Pas de drame, pas de bruit, même pas de pauvres ici. Un pays modèle. La chance. Il faudrait s’en souvenir pour rester en surface. Faire la planche. La planche pas le mort.
Respirer. Moins vite. Même quand les angoisses palpitent dans ses veines. Elle les sent dans ses tempes faire de la résistance.
« Il n’y a pas de raison d’aller mal ».
Bien sûr on peut toujours en trouver. Accuser le soleil qui hiberne, l’ennui, l’envie de celle qui est partie… Mais au fond, Tanja ne trouve pas la cause qui la cloue au lit. Elle s’efforce de bouger les bras pour ne pas s’enfoncer. L’eau comme le matelas pourrait l’avaler. Regarder dehors. Cet espace immense. Intérieur, extérieur. Et elle, flottante au milieu.
À la frontière du paysage.

En décembre dernier, Tanja a été hospitalisée. Quatre mois en psychiatrie, jusqu’au printemps.
Seins dressés pour ne pas boire la tasse, elle est, depuis, à l’équilibre. Immobile, elle observe ses paysages intérieurs en attendant d’y remettre de la couleur.

J’ai rencontré Tanja cet été à Helsinki. Elle m’a accueillie chez elle. J’ai ensuite sillonné la Finlande pour reconstituer son puzzle intérieur en images. Ces forêts, ces lacs, ces chalets et ces feux, ce sont ses particules élémentaires.
Pour la première fois, j’ai photographié en noir et blanc. Je voulais voir comme elle. Et poser cette question : Sommes-nous les miroirs des espaces qui nous entourent ?

reinflet_sandra_21
La série Tanja ou les paysages intérieurs a été exposée au centre culturel de Ville d’Avray (92) au mois de mai 2015. Elle a également inspiré la création du clip Landscape Escape.

QUI A TUE JACQUES PREVERT ?

Série photos-textes réalisée en 2013, parus en 2014 dans le livre éponyme. 

Je suis passée devant mon école primaire.
De l’extérieur, il m’a semblé que des carreaux étaient cassés.
J’ai escaladé la grille et l’ai retrouvée éventrée.
À l’abandon.
Au fil des pas, les souvenirs ont ranimé chaque salle, chaque couloir de l’école Jacques-Prévert.
Vingt ans plus tard, rien n’a changé, ou presque.

La série a reçu le prix Coup de coeur de la Bourse du Talent Reportage.

Exposition des images à la BNF de décembre 2013 à février 2014, performance à la Galerie W (Paris 18ème) en janvier 2014, exposition à la MEP de Lille en mai 2014 et présentation in situ sur les grilles de l’école Jacques Prévert à Saumur en juin 2015.

frise BD

Je t’aime [maintenant]

La série est parue dans le livre éponyme (sorti aux éditions Michalon en 2012).
Un voyage dans le temps, à la rencontre des 24 personnes aimées depuis l’enfance.

Portraits random

3 commentaires

  1. Bonjour Sandra. Elles sont pleines de couleurs et de vie ces photos ! Bravo. Est-ce que vous en faite des tirages ? Je verrai bien une de ces fenêtres de lumière chez moi 🙂
    Bon chemin,
    André

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s